• Ah Paris !

     
    PARIS

    O Paris, ville ouverte
    Ainsi qu'une blessure,
    Que n'es-tu devenue
    De la campagne verte.

    Te voilà regardée
    Par des yeux ennemis,
    De nouvelles oreilles
    Écoutent nos vieux bruits.

    La Seine est surveillée
    Comme du haut d'un puits
    Et ses eaux jour et nuit
    Coulent emprisonnées.

    Tous les siècles français
    Si bien pris dans la pierre
    Vont-ils pas nous quitter
    Dans leur grande colère ?

    L'ombre est lourde de têtes
    D'un pays étranger.
    Voulant rester secrète
    Au milieu du danger

    S'éteint quelque merveille
    Qui préfère mourir
            Pour ne pas nous trahir
            En demeurant pareille
     
    Jules SUPERVIELLE, 1884-1960
     

  • Commentaires

    1
    Amande-la-bearded
    Dimanche 8 Août 2010 à 07:04
    superbe poete et magnifique poesie
    magnifique création !!!
    bisous
    bravo!!!!!!!!!!!!!!!!
    2
    Sélénia1 Profil de Sélénia1
    Dimanche 8 Août 2010 à 09:46
    merci encore je ne serai pas beaucoup là aujourd'hui gros travaux dans la maison mais proli je reviens ce soir

    passes une bonne journée

    gros bisous
    3
    Calicia
    Dimanche 8 Août 2010 à 12:16
    Magnifique poème avec une très jolie création!
    Bisous
    4
    Sélénia1 Profil de Sélénia1
    Dimanche 8 Août 2010 à 18:19
    merci mon amie

    cela me fait plaisir



    gros bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :